Archives anecdotes

44 Le désordre obsessif-compulsif

En faisant mon rapport téléphonique quotidien pendant une tournée australienne, je faisais des remarques sur la qualité supérieure des bars d'effeuilleuses en ces lieux. C'est devenu une routine - après les spectacles à Perth, Adelaide, Melbourne, Sydney, Brisbane et aussi en d'autres villes ça et là - d'aller voir «le ballet» comme nous en faisions l'euphémisme.

Merveilleuse Australie - et le Canada aussi - qui ont gardé une perspective terre-à-terre dans ce monde de snobinards.

De toutes façons, le but de cette histoire n'est pas de porter le «ballet» aux nues mais de répéter un bout d'une conversation privée entre moi et la jolie Madame B.

Sans intolérance du tout, elle m'a fait savoir qu'elle pensait que mes visites, qui étaient devenues une habitude, pourraient être interprétées comme le début d'une obsession.

Pour la rassurer, je lui ai expliqué que c'était seulement parce que je suis en train de perdre la vue - je porte des lunettes de lecture - que je profitais de chaque occasion de voir des beaux derrières avant de devenir aveugle.


© Ian Gillan 2006

De retour aux :
Archives anecdotes