Archives anecdotes

46 Mes talents de négociateur

Je me promenais dans le marché du mercredi à Quarteira sur la côte de l'Algarve, et la charmante B m'a dit 'si tu vois quelque chose que tu aimes ici, je te l'achète pour ton anniversaire.'

J'avais déjà remarqué une échoppe de marchandises de cuir exceptionnelles, tous superbement faites main et chacune ayant une marqueterie de tapisserie rouge, alors nous y sommes revenus en nous frayant un chemin à travers la foule.

'Voilà' je pointai du doigt vers un porte-documents, 'c'est ce que je veux.'

On m'a encouragé à marchander, alors j'ai demandé au vendeur ce qu'il croyait que son bel ouvrage valait.

'Cinquante Euros, dit-il, sans hésitation.

'Soixante?', dis-je, avec confiance.

'Soixante-dix', répondit-il, en me fixant bizarrement.

'Quatre-vingt-cinq', là je le tenais...

...et soudainement je ressentis une vive douleur à l'oreille, qu'on venait de me tordre brusquement!

Ce fut la fin immédiate des négociations; on m'a expulsé de celles-ci à leur étape la plus délicate.

Et j'étais sûr de l'obtenir pour cent Euros, un minimum absolu.

La charmante B est retournée par après à l'étalage et a payé vingt-cinq Euros pour le porte-documents.


© Ian Gillan 2009

De retour aux :
Archives anecdotes