Des questions, vous en avez? Des réponses, nous en avons!
Toutes les réponses d'Ian représentent ses opinions personnelles et pas nécessairement celles des autres membres du groupe - appuyez ici pour envoyer du courriel à Ian.

77 - Les auteurs et la nourriture mexicaine, un historique de tournée, Marie-Jeanne et le vieux Bill, les excès et les décès prématurés, les philosophies martiales, questions de gorge, l'arrogance des gardiens de sécurité

De : Alfonso Fernández

Bonjour Gillan,

Comment vas-tu?
J'ai quelques questions, si ça ne te dérange pas :

Je me demandais jusqu'à quel point tu aimes la littérature et qui sont tes auteurs préférés, et crois-tu que la littérature et la musique font bon ménage?

Et finalement, as-tu essayé la nourriture mexicaine et l'as-tu aimée?

J'espère bien lire tes réponses!

Amicalement,
Alfonso Fernández
Salud!

 

Salut Alfonso,

Si tu as une appréciation de la musique et de la littérature tôt dans ta vie, tu es déjà plein de richesses.

On doit stimuler l'imagination d'un enfant si l'on s'attend à ce que celle-ci puisse fonctionner une fois adulte. La bonne littérature vous fait réfléchir, mais on a besoin d'un peu d'aide au début, et avec moi, c'était les histoires au coucher.

Je n'ai pas connu Dahl avant de le lire à ma propre fille, et après Kipling, Melville, Chaucer, Shakespeare, Homère, Twain, Hemingway, Asimov, Le Carre, Hunter S. Thompson et ainsi de suite; je pourrais construire une maison avec les livres que j'ai lus - je crois en effet que ma bibliothèque soutient le toit de ma maison.

Et oui, j'ai goûté à la nourriture mexicaine - au Mexique et dans plusieurs autres pays. J'aime les saveurs et le goût honnête de la cuisine mexicaine. Comme l'Italien, c'est de la nourriture honnête servie dans une ambiance joyeuse et avec des sauces/liquides sans prétentions.

Salutations, ig


De : Simone Wagner

Hé Ian!

J'aimerais bien t'écrire en anglais mais mon vocabulaire est plutôt limité.

Alors je dois tout d'abord faire l'apologie du très brillant concert de Benediktbeuern - merci! C'était une joie pure que de vous regarder! Et nous avons été chanceux d'obtenir des sièges dans la première rangée et d'avoir un champ de vision direct sur vous (et beaucoup de volume car nous étions situés devant les amplis de guitare).

J'aimerais maintenant poser une question plus générale sur les tournées des années 70. J'ai 16 ans donc je ne connais pas grand'chose sur cette époque mais j'aimerais écrire un livre sur la vie d'un groupe dans ce temps-là. Sur le logement, les transports, la préparation, les opérations quotidiennes, etc., ce serait super si tu pouvais m'aider. Ce serait bien d'avoir une idée de ta vie et comment elle a été affectée par le fait d'être dans Deep Purple Mk 2 en trois (ok, ou quatre) mots - disons les premières choses qui te viendraient à l'esprit tout spontanément.

Merci de me lire. Je sais que tu reçois beaucoup de courriels, avec 70% du même contenu que le mien, mais je tente ma chance quand même!

Alors merci encore, j'espère être à Munich en novembre pour vous entendre! :-)

Beaucoup de saluts!
Simone Wagner (Munich)

 

Bonjour Simone,

Merci beaucoup de ton courriel et de tes commentaires. Je suis heureux que tu aies aimé le spectacle de Benediktbeuern; c'était un bon endroit et nous avions un invité intéressant sur scène aussi, non?.

Je ne suis pas sûr si je peux tout te dire en quelques mots, parce que les tournées mondiales de la complexité de celles de DP me prendraient un livre au complet à décrire. Mais tu m'as fait réfléchir à comment la logistique a changé depuis quelques décennies. C'est sûr qu'au début c'était dur de réunir tout les éléments de base nécessaires: - les musiciens, les dates de spectacle, le transport et même l'équipement minimum requis.

Nous pratiquions dans une maison ou une autre, jusqu'à ce que des parents ou voisins en colère nous jettent dehors. Nos spectacles n'étaient pas payés mais servaient de monnaie d'échange pour un local de pratique dans l'entrepôt du club de jeunesse ou de l'école locaux. Le transport était à pied ou par bus, et l'équipement, bien, mon premier amplificateur était une enregistreuse Grundig avec un micro de table relié par un cordon d'un mètre. J'étais aussi le batteur, avec une grosse caisse de l'Armée du Salut (sans pattes, alors quand je donnais un coup, ça avançait tout seul - et je n'avais pas de pédale non plus), un charleston avec une cymbale qui levait et baissait d'une manière impressionnante mais sans l'effet de percussion qu'une autre cymbale en bas aurait ajouté. Et un ensemble Gigster avec un seul fil restant sous la caisse claire. Et de plus, une seule baguette et une brosse qui parachevait cette batterie bizarrement excitante mais presque complètement silencieuse.

Au fur et à mesure que nous devenions meilleurs et plus déterminés, tout devint plus gros, y compris nos egos. Nous avions plus de spectacles et une coterie d'amis fidèles qui, sans le savoir, devinrent nos premiers techniciens de tournée. Je passerai sur les prochaines années car c'était une période oubliable pendant laquelle nous avons appris le métier et les trucs qui allaient si bien nous servir pendant les époques suivantes.

Nous avons atteint des sommets dans les années 80. Nous avions besoin de plein de camions articulés et d'autocars pour transporter notre équipement et notre armée de techniciens d'une salle de spectacle à une autre. Les spectacles devinrent tournées, puis des mots comme salle de spectacle et salle de concert firent partie prenante de notre vocabulaire, les gars de la route devinrent équipe (collectivement) et techniciens (individuellement), et on ne pouvait plus trouver de fèves au lard sur rôties quand on suivait les pancartes qui marquaient "restauration".

Et ensuite tout redevint un peu plus petit à cause de la technologie numérique alors nous n'avions donc plus besoin des gros convois d'antan; maintenant, tout est donc moins gros sauf les tournées elles-mêmes, tout un paradoxe!

Au sujet du confort personnel, les paroles de '69 décrivent l'inconfort de filer pendant la nuit dans une vieille guimbarde avec un support de micro coincé dans mon derrière. Par la suite, nous avions de meilleures autos, mais ce n'est pas bon pour un groupe de voyager individuellement, alors nous passions la majorité du temps ensemble dans des autocars de tournée pendant de longues périodes (voir 'Hurtling' dans le DF 1, octobre 1996) et des camionnettes pour les spectacles locaux. Nous nous servons toujours de camions, mais des avions charter ont remplacé les autocars - malheureusement pour Don Airey - alors nous parcourons plus de territoire plus vite et pouvons dormir dans des lits qui ne bougent pas, ce qui est très bénéfique en général.

Cordialement, ig


De: Nunzio

Salut.

Je m'appelle Nunzio. Je suis un garçon italien. J'ai une question pour toi : que penses-tu de la légalisation de la marijuana? Merci pour ton temps. Tu es une personne cosmique. Au revoir.

J'attends pour la réponse.

 

Bonjour Nunzio,

Personnellement, je préfère le "blissing" (voir DF#40), mais regarde ce qui est arrivé quand je l'ai essayé à l'aéroport de Heathrow… le problème c'est le type de personne qui appliquent les lois. Ce n'est pas vraiment le fait d'avoir un policier à chaque coin de rue de nos jours. La police ne fait plus vraiment part de la communauté. En Angleterre, les policiers sont maintenant les ennemis de presque tous ceux qui se croient des membres honnêtes de la société (à l'opposé de ceux qui enfreignent les lois involontairement).

Pour ce qui est de la marijuana en particulier, j'en supporte spécifiquement l'emploi mais non l'abus, et tant qu'elle sera criminalisée, la société devra s'occuper de criminels et nous savons où ceci mène. Voici une ancienne vérité : "la prohibition ne marche jamais".

Regarde ce que les criminels ont fait avec la feuille de coca naturelle. Au lieu d'une bouchée ou d'un thé agréables (le thé de coca est légèrement stimulant), ils en ont fait un produit chimique pour que des idiots puissent se bourrer le nez de poudre.

Cependant, il y aura toujours un prétentieux pour dire qu'on a banni le meurtre, le cannibalisme et l'esclavage, les femmes qui s'accroupissent pour accoucher, et ça a marché…' j'en bâille, oui les mecs, vous avez raison, vous avez gagné...

Où est mon Bliss????

***************

Extrait du DF#40…

...Voici une autre expérience misérable avec BA (n.d.t. : British Airways) - Menteur et "voleur" fréquent.

Alors je me suis calé une Bliss entre les lèvres, je me suis imaginé dans un endroit secret, et j'aspirais doucement.
'Excusez-moi Monsieur!! Vous ne pouvez pas fumer dans le Terminal.'
'Oui, je sais.'
'Monsieur, veuillez éteindre cette cigarette.'
'Quelle cigarette?'
'Monsieur j'appelle la sécurité - VOUS NE POUVEZ PAS FUMER ICI!!!!!!'
'Voyez-vous de la fumée?'
La sécurité arrive - j'aspire...
'Messieurs, quel est le problème? Ah je vois, MONSIEUR, je vous arrête pour avoir fumé.'
'Mais je ne fume pas. Voyez-vous de la fumée? Je n'ai pas de briquet; cette chose n'est pas en feu.'
'C'EST une cigarette et c'est défendu par la loi.'
'Si vous regardez bien, vous verrez que ce n'est pas une cigarette mais une Bliss.'
'Une Bliss?

'Oui, c'est ma nouvelle invention. Vous aspirez sur un bout de la Bliss - celle-ci a un filtre - et vous vous servez de votre imagination; c'est vraiment bien. Pas de tabac, de flamme, de fumée ni de cendre. Les allumettes et briquets ne sont pas nécessaires. Est-ce que vous sentez une odeur? Non, c'est sans odeur. Aucun effet sur personne sauf sur celui qui la respire.'
'Mais je ne crois pas aimer ce que je vois - Avez-vous un permis?'
'Je n'en ai pas besoin.'
'OUI VOUS EN AVEZ BESOIN!!!'
'Mais je ne fais que tirer sur un tube.'
'Ça ressemble à une cigarette et jusqu'à ce que nous avons décidé que ce n'en est pas une, nous vous arrêtons - et nous emmenons ces cigarettes aux fins d'analyse.'
'Ce ne sont pas des cigarettes.'
'Vous avez besoin d'un avocat?'
'Non, j'ai besoin d'une cigarette.'
'Éteignez ça!'
'Je ne peux pas, ce n'est pas allumé.'

Salutations, ig


De : Jason

Ian,

Dans presque chaque medium artistique, il y a de nombreux exemples d'artistes qui sont morts prématurément à cause de leur expérimentation et de leur accrochage à une variété de substances. Beaucoup de ces gens étaient bourrés de talent et de créativité - dans la famille Deep Purple, il y avait Tommy Bolin, par exemple.

Ces comportements commencent par un désir d'expérimentation pour stimuler la créativité et les perceptions. Mais souvent, ceci bloque le progrès artistique au lieu de l'aider; je crois qu'il y a bien peu d'exceptions à cette règle. De plus, ça me semble être un raccourci pour remplacer la pratique de l'art et l'intégration des expériences du vécu dans son conscient.

Il y a trop de gens qui ont suivi le dicton du poète William Blake qui dit "Le chemin de l'excès mène au palais de la sagesse" en tant que doctrine pour justifier leur autodestruction.

Le cliché de l'artiste souffrant, et la justification que ce point de vue cause, ont fait taire plus de voix importantes que toute négligence critique.

J'aimerais connaître ton opinion sur le sujet; ton expérience est unique et fait autorité. Crois-tu que tes expériences avec l'alcool et les drogues ont fait de toi un meilleur musicien ou compositeur?

Sinon, est-ce que tu crois qu'il y a eu une époque où tu croyais à ceci? As-tu des expériences personnelles à partager? Que penses-tu du concept en général? Ça m'intéresse beaucoup de savoir ce que tu en penses.

Dieu te bénisse, et que tu puisses longtemps créer, faire des expériences, et aimer.

Jason
Bloomington, Indiana

 

Bonjour Jason,

Ce n'est pas vraiment une question difficile : je crois que c'est impossible de mieux écrire ou jouer quand on est saoul ou gelé. Peut-être que ça marche pour certaines personnes, et pour longtemps, mais c'est toujours mieux d'écrire en ayant les idées claires.

Le chemin de la connaissance est jonché des cadavres de génies qui se sont fait sauter la cervelle avec du mescal, de l'opium, du LSD, de la cocaïne, de l'alcool, de la marijuana et ainsi de suite; tout ça pour une "grande cause".

Comme les brillants pédophiles qui vous disent que leurs téléchargements sont de la "recherche", ce ne sont que mensonges à soi-même. Si vous voulez vous saouler, n'utilisez pas votre soif de connaissances comme une excuse pour picoler pendant des semaines au bar.

Il se peut quand même qu'après une soirée de beuverie vous pourrez écrire quelque chose d'éloquent sur la débauche et la misanthropie ou entrevoir des sujets grandioses. Et si vous savez manier l'ironie, il se peut que ça vaille même la peine d'être lu.

Les mots de Blake ne doivent pas être pris à la lettre, pas plus que les "règles sont faites pour êtres outrepassées". La majorité des gens en riraient, mais certains vous diront que les expériences métaphysiques font partie d'une réalité étendue. Je vous dirais que n'importe quoi qui vous donne une perspective plus large vaut quelque chose, mais pas si ça devient le point de vue dominant d'une opinion car ça devient alors un dogme et ça ne vaut plus rien. Il est bon de voir quelque chose de tous les côtés. Ou encore que cette chose se déplace afin de vous présenter toutes ses facettes, comme les étoiles pour les premiers observateurs des cieux et comme la Sphère a aidé le Carré à comprendre qu'il y avait une autre dimension, autre que les deux du Flatland (Pays Plat) dans lequel il vivait - la Sphère n'avait qu'à sauter de bas en haut et de haut en bas pour devenir visible aux yeux du Carré (Abbott).

Et pour ta question qui demande si la société devrait permettre ces écarts, je crois qu'elle le devrait. Qu'est-ce qui arriverait dans un monde ennuyant aux gardiens homogènes et dont on n'aurait jamais à se plaindre? Que deviendrait l'humanité dans un cas comme ça?

Cordialement, ig


De: Franz Lehmann

Cher Ian,

Beaucoup de mes amis sont étonnés quand je leur dit que j'aime Deep Purple. Je ne peux pas m'arrêter d'écouter votre musique et des fois quand je t'entends chanter sur CD (ou vinyle), je chante avec toi.

Et je n'aime pas seulement les vieux classiques, mais les arts martiaux, qui sont la base de ma vie.

Donc, j'aimerais savoir si tu as déjà eu un contact avec les arts martiaux ou avec la philosophie de l'Asie.

Merci de me lire et de me répondre.

Désolé de mon mauvais anglais, j'ai fait de mon mieux.

Un fan allemand,
Franz Lehmann

 

Bonjour Franz,

Merci de m'avoir écrit. Je ne connais pas grand-chose du côté physique des arts martiaux mais je suis fasciné par les aspects spirituels et psychologiques depuis longtemps. Par le judo ou le ju jitsu - je ne sais pas exactement lequel - j'ai appris à me servir de la force de mon adversaire en ma faveur; c'est là que j'ai réalisé comment il est important d'être centré et équilibré.

Une des premières choses que j'ai apprise de ma mère, c'est d'être au courant de tout ce qui m'entoure. Donc, j'aime bien me servir de tous mes sens, pas seulement de mes yeux. De ressentir un tremblement, le mouvement de l'air, d'entendre quelque chose qui ne devrait pas être là. De savoir ce qu'il y derrière moi, après le coin suivant, et par-delà la colline.

Et une fois, je me suis servi de quelque chose nommé le cheval de fer (Iron Horse) au cours d'un moment de violence, ce qui m'a été bien utile.

Pour ce qui est de la philosophie de l'Asie, bien, comme Confucius a dit, as-tu une minute?

Salutations, ig


De: Geffen

Salut Ian,

Je m'appelle Geffen et j'ai été au concert de DP le 17 septembre en Israël (le mois dernier). C'était super et meilleur que ce à quoi je m'attendais. J'étais tellement ému que j'ai persuadé mes amis (mon batteur et sa copine) de rester après le spectacle (ce qui a été facile) pour que je puisse te serrer la main et te remercier pour l'expérience... mes amis ne sont pas partis les mains vides car ils ont eu ton autographe et des photos de toi! :) Toi et Roger Glover êtes sortis de l'auto et vous vous êtes excusés de nous avoir fait attendre si longtemps... vous avez été très gentils et j'aimerais vous remercier encore pour un spectacle inspirant, émouvant et superbe!

Je suis content de découvrir ton site officiel et spécialement la section Questions et réponses. Bravo à toi et à Steve/Ed pour un humour spécial, direct et amusant. Peut-être que ça t'a causé des problèmes dans le passé, mais moi, j'aime bien! :-)

Ma question est :
Comme tu peux le deviner, j'ai un groupe. :-) Ma question est sur le chant et les tournées : je vois que tu as des fois deux ou trois concerts un jour après l'autre, n'est-ce pas dur sur les cordes vocales? (la fatigue, l'irritation?)
Comment gardes-tu ta voix et ta gorge en bon état pendant une tournée? Et qu'arrive-t-il si tu as un mal de gorge ou de pires problèmes pendant une grosse tournée; que fais-tu à ce moment-là?

Avec amour et appréciation,

Geffen
Le site de mon groupe est le : http://www.myspace.com/redsoil. Si tu as le temps et la patience d'écouter, je te serai éternellement reconnaissant!!! :-)

 

Bonjour Geffen,

J'avais tout le temps des problèmes graves avec ma gorge jusqu'à ce qu'un docteur intelligent (Theobold) à München a diagnostiqué le problème comme étant des amygdales très infectées, qui me forçaient à faire de la mauvaise projection et donc de chanter d'une manière pas du tout naturelle, et donc elles ont causé une inflammation des cordes vocales et des nodules.

Toutes les célébrités expertes surpayées de Harley Street ORL étaient d'accord entre elles - mes nodules devraient être enlevées par voie chirurgicale. De plus, ces personnes ont suggéré que je prenne des cours de chant pour que je puisse chanter correctement et autres fadaises.

Le professeur T a dit que je devrais me faire ôter les amygdales et que celles-ci étaient la cause de tous mes autres ennuis. Alors, j'ai suivi ses conseils et je n'ai pas eu de problèmes depuis - autre que la rare infection, ce qui est inévitable quand on prend des vols commerciaux.

En général je n'ai pas mal à la gorge et je ne force pas ma voix. Je crois que c'est à cause de mon attitude détendue par rapport à nos concerts, et à la puissance de la méditation. Tu trouveras ça peut-être un peu étrange mais je suis toujours nerveux quand je me réveille le matin d'un spectacle. Mes glandes surrénales produisent assez d'électricité pour illuminer un village entier donc je dois les garder tranquilles jusqu'à ce que je mette les pieds sur la scène car sinon, je serais vidé de toute mon énergie.

Alors, je fais mes interviews le matin, puis je me concentre sur tout sauf le spectacle de cette journée. J'écris, je lis, je fais des mots croisés ou du Mah Jong (j'y suis accro), je me promène, puis après je me fais masser et finalement - mon activité favorite - une sieste.

N'est-ce pas que la vie est belle?…

Salutations, ig


De : Jeff Lundius

Bonjour Ian,

Je viens d'aller vous voir jouer à Francfort le 7 novembre et j'ai vraiment aimé! À la fin tu chantais Highway Star et tu parlais à un gars de la sécurité qui était debout près des amplis de basse à ta droite (j'étais situé devant ces amplis dans la première rangée). Tu étais fâché pour une raison ou une autre et tu l'as engueulé (à moins que ce fussent de nouvelles paroles pour Highway Star :-).) Je me demandais juste ce qui s'était passé.

Et comme je suis ici et je suis un joueur d'harmonica aussi ... je me demandais de quel modèle tu te servais? Tu l'as remis dans ta poche trop vite pour que je puisse le voir.

Cordialement,
Jeff Lundius

 

Salut Jeff,

Tu as raison, j'étais fâché et je l'ai envoyé se faire voir. C'est quoi le problème de ces gars-là? Leur travail n'est pas de contrôler la foule : ceci devrait être réglé par la configuration de la salle. Leur travail est d'aider les spectateurs. C'est sûr que si un imbécile cause un problème, ils doivent s'en occuper. Mais nos fans sont là pour s'amuser et pas pour se faire menacer par un gros voyou quand ils se penchent par dessus la barrière pour attraper un pic de Morse ou Glover. Ceci dit, il serait juste d'affirmer que la sécurité a été fantastique de ces temps-ci, mais ça ne prend qu'un seul con pour tout gâcher, non?

J'ai essayé d'être accommodant au début mais celui-là voulait se battre alors je l'ai fait renvoyer.

Le pire exemple que j'ai vu sont les méchants gardiens de sécurité de Wembley à Londres - ceux-ci regardent la foule d'un mauvais oeil en la défiant de faire un geste. C'est terrible, n'est-ce pas?

Je joue sur une paire de vénérables Hohner Blues Harps, Do et Ré (C et D), des vieilles qui ont été fabriquées en Allemagne et que l'on peut glisser sur les lèvres sans se couper. Je les rince dans mon bac à glace avant le concert, puis je les secoue. Je ne suis pas un bon harmoniciste alors cette préparation m'empêche de m'étouffer avec la poussière et rend le son des anches plus brillant.

Salutations, ig


Retourner à :
De retour à l'index des questions et réponses