Des questions, vous en avez? Des réponses, nous en avons!
Toutes les réponses d'Ian représentent ses opinions personnelles et pas nécessairement celles des autres membres du groupe - cliquez ici pour envoyer du courriel à Ian.

89 Il était une fois les gangstas, les considérations étymologiques, la spiritualité et la dépravation, les taxes et le smog, invitation aux Féroés

De : Ole Simonsen3

Bonjour Ian

Merci pour "Now What", il est fantastique et pour Live in Montreaux 1996 - je viens de le regarder sur YouTube, ainsi que ton discours à l'Institut culturel, c'est très divertissant. J'ai une question : j'ai lu la biographie de Sharon Osbourne et je me demandais si tu as déjà rencontré des gangsters dans l'industrie de la musique pendant les années 60 et début 70 à Londres? Je sais qu'elle a mentionné Black Sabbath.

Amitiés,

Ole Simonsen - un fan depuis longtemps

 

Bonjour Ole,

Merci de ton courriel.

Je n'ai pas lu le livre de Sharon mais j'ai connu son père, le petit Don Levy (Arden), gérant de Black Sabbath, qui était plus un intimidateur et un tyran qu'un vrai gangster. Pour être un gangster, on doit avoir un gang en non seulement un garde du corps et quelques pistolets. Ceci dit, je l'aimais bien quand il ne menaçait pas de me découper en petits morceaux pour une insulte perçue. Et il était très gentil quand il ne voyait pas noir et m'invitait à souper les dimanches.

Don faisait partie de la vieille école de l'industrie du show business.

Il y avait aussi Sammy Lee qui, en 1971, a été le promoteur de notre première tournée australienne. Sammy était un petit bonhomme dans le style James Cagney et avait un mini-gang du nom de Jake, un homme qui était assez effrayant dans le genre typique du dur-à-cuire; deux mètres et demi et fait de granit. J'ai vu Sammy se servir de violence et Jake possédait une sélection de pistolets dans une mallette; j'ai été le témoin de ceci dans un vol de Qantas de Perth à Melbourne. Donc, je suppose que Sammy était un gangster de bas étage.

Le meilleur gangster que j'ai rencontré était Raymond Nash, qui était le boss du West End (Soho) de Londres au début des années 60. Quand je faisais partie d'Episode Six nous avons travaillé dans une de ses bars, le Establishment Club de Greek Street. Il devait être vraiment un dur parce qu'il compétitionnait avec les Kray dans le East End et les Richardson au sud de la rivière (n.d.t - la Tamise). Raymond a été déporté vers son Liban natal où j'ai eu le plaisir de le rencontrer en 66 quand nous avons travaillé au Casino du Liban près de Beyrouth. Il était un parfait gentleman; c'était un vrai gangster, avec de la classe.

Il n'y a plus beaucoup de vrais gangsters de nos jours dans notre industrie, et ceux qui y sont (les avocats, comptables, gérants, etc.) portent des vêtements faits sur mesure.

Il y a encore les mêmes opportunistes, intimidateurs et parasites que dans le reste de la société mais il n'y a plus de violence et les menaces se font plutôt par contrat.

Salutations, ig


Simon Hounsome

Bonjour Ian,

D'où vient le titre de l'album «Scarabus» du Ian Gillan Band et que signifie-t-il?

J'ai hâte d'avoir ta réponse.

Merci,

Simon Hounsome

 

Cher Simon,

C'est Boris Karloff qui m'a inspiré; il tenait le rôle du Dr Scarabus dans le film de comédie/horreur «Le corbeau» de 1963 qui était basé plus ou moins sur le roman du même titre d'Edgar Allen Poe.

Il y avait aussi dans ce film Vincent Price (Dr Erasmus Craven), Peter Lorre (Dr Adolphus Bedlo), un jeune Jack Nicholson (Rexford Bedlo) et le désir de mes jeunes années, Hazel Court (Lenore Craven).

Salutations, ig


Mark

Bonjour votre IGjesté

J'ai une question facile. Peux-tu m'expliquer le contexte d'«Abbey Of Thelema», en ce qui concerne ton intérêt pour Aleister Crowley et ton opinion de Thelema dont la devise est «Fais ce que tu voudras sera le Tout de la Loi?» Est-ce que c'est du dilettantisme culturel (sans vouloir t'offenser), ou tu es vraiment intéressé par ce sujet?

P.-S. -- Je t'ai vu au Bonfire Night 1981 à l'hôtel de ville de Sheffield et j'y étais seul car aucun de mes amis n'a voulu venir, et c'était merveilleux. Est-ce que tu te tiens toujours en contact avec Colin?

Merci de ton temps et continue à crier!

Mark

 

Cher Mark,

Thank you for your kind words and interesting question.

Du dilettantisme culturel, hein? Tu as peut-être raison; dans le temps, l'occulte était un prérequis pour nos jeunes cerveaux fébriles; dans les années 60, il fallait lire «Les vierges de Satan» de Dennis Wheatley. Nous baignions tous dans les eaux de la dépravité sexuelle, et j'étais un monstre perverti selon ma grand-mère qui disait que j'étais un méchant garçon (un conflit entre la génération d'après-guerre et la victorienne; j'avais cinq ans, elle cent-trente). Notre méchanceté nous semblait normale, à moi et mes amis, alors le diable a pris racine dans mon être.

Crowley (qui a été haï en tant que l'homme le plus méchant sur Terre) a rejeté la religion pour des versions plus ésotériques de Dieu et j'ai fait la même chose, même si ma quête spirituelle a été plus tranquille.

Ça fait longtemps que je m'intéresse à ceci comme à tous les aspects de la spiritualité. Ce qui était alors de l'excitation sexuelle est devenu un ingrédient élémentaire dans un champ de connaissance plus vaste.

«Fais ce que tu voudras...» est un dicton essentiellement anarchique car il affronte des tabous et mène à la désobéissance aux règles. Je suis d'accord avec ça sauf pour ce qui est de faire du mal aux autres, ce qui est quelque chose que je déplore. Mais il n'y a rien d'autre pour les cerveaux aventuriers dans une époque qui est conventionnelle et étouffante et nous avons vraiment besoin d'esprits collectifs et rassembleurs. Heureusement, en nous servant d'Internet, nous pouvons trouver ces esprits et nous épanouir.

C'est plutôt sérieux, non? Mais c'est comme ça.

Amitiés, ig


John C Micallef

Cher M. Gillan,

Une petit mot pour te remercier et les autres membres de Deep Purple pour avoir créé un si bon album (CD?), Now What?! Je ne me fatigue jamais de l'écouter.

J'adore les paroles, ta voix et les chansons!

Sur une note différente, nous venons de nous faire asséner ces lois sur le tabac par le conseil du CE. Très amusant ... ou pas. Ils veulent s'assurer que le tabac soit moins attirant et accrochant? Qui sait, la prochaine fois ce sera le sexe?!

Ils croient que la qualité de vie va augmenter? Nous allons vivre jusqu'à 200 ans si nous cessons de fumer? Nos hopitaux seront dégarnis et les taxes vont baisser? Nous savons tous que ce n'est pas vrai et qu'une fois les ventes de tabax à la baisse, le gouvernement se grattera la tête pour trouver plus d'argent. Je suppose qu'ils vont nous taxer parce que nous sommes vivants - nos maisons, nos autos (plus encore), ils nous taxerons pour la lumière, et aussi ceux qui vivent dans le noir!

J'aimerais lire ton opinion sur le sujet - je sais que tu as déjà écrit quelque chose là-dessus.

Bon, je retourne regarder les nouvelles - les gens qui font des émeutes, qui célebrent, qui se révoltent en Égypte... Je ne crois pas que le sujet était l'interdiction du tabac, mais il y a quand même beaucoup de fumée là-bas...

Amitiés de Malte.

Prend soin de toi,

John

 

Cher John,

J'ai parlé de ceci de temps en temps. La première fois que j'ai respiré de la fumée a été pendant mon enfance. J'ai grandi à Londres et j'ai souvent subi le terrible smog jusqu'à ce qu'on trouve des ombres noires dans mes radiographies pulmonaires apres l'épisode particulièrement mauvais de 1952. On m'a donc envoyé passer l'été de 53 avec mon oncle Ivor (Watkins) sur l'île de Wight. Je crois que ce sont les meilleures vacances que je n'ai jamais eues. Ivor était un photographe de plage de jour et un pianiste de jazz Boogie Woogie de soir; il jouait à l'extérieur d'un bar à Blackgang Chine qui était juste à côté de la plage; j'écoutais attentivement en buvant mon Pepsi avec une paille pendant que le trio en chemises de soie réveillait quelque chose au plus profond de mon être.

Après le Clean Air Act de 1953, l'atmosphère sulfureuse a semblé disparaître du jour au lendemain. Dans les années 60, je me souviens d'avoir examiné avec étonnement les murs blancs nettoyés à la pression du musée d’histoire naturelle et du Royal Albert Hall, ces murs qui étaient auparavant les poumons noircis de saletés de Londres.

Je crois que les taxes sont là pour parer à l'essentiel (après la sécurité), donc de l'air et de l'eau propres, de la nourriture et un gîte, des bonnes infrastructures et un filet de sécurité pour ceux qui ont besoin de notre aide.

Et oui, ils vont taxer tout ce qui bouge, c'est pour ça que je ne vais pas vite.

Salutations, ig


Mike Nagoda

(Bonjour, j'ai envoyé ce courriel à Ian et à l'adresse du Q & R, mais il a été rejeté deux fois. Peux-tu lui envoyer et t'assurer qu'il le reçoive? Merci beaucoup!)

Bonjour Ian! Je suis un de tes plus grands fans de Toronto et premièrement je voudrais te dire que j'adore Now What?! Je crois que c'est mon album de studio préféré après Purpendicular, album que j'aime plus qu'In Rock, Machine Head et tous les autres classiques. Il n'y a que Made In Japan qui est plus haut dans ma liste d'albums préférés de Deep Purple.

Il y a de la magie dans Purpendicular à chaque fois que je l'écoute, j'y trouve beaucoup de vie, d'énergie et de positif. J'ai une question que je voulais poser depuis longtemps, qui fait la voix du prêtre au début de Cascades? C'est toi ou quelqu'un d'autre?

J'espère te voir avec DP à Toronto si vous revenez, j'aime tout ce que vous faites, vous et Jon évidemment êtes mes héros. Je suis un fan depuis l'âge de 17 ans, là j'en ai 27, et Purple est une des raisons qui m'ont poussé à jouer du rock et des claviers et guitares dans des groupes. J'ai toujours rêvé de jouer Smoke avec vous en spectacle (je joue du glissando - guitare slide - avec deux bottlenecks, et je suis une de seulement deux personnes au monde qui le fait.) Je doute que ceci se produise, mais on peut toujours rêver et un jour mon rêve pourrait devenir réalité! Prend soin de toi et un jour j'espère vous revoir à Toronto! Merci beaucoup pour la musique, elle a changé ma vie!

Mike Nagoda

 

Cher Mike,

Merci de ton message et de ta ténacité; je ne sais pas ce qui s'est passé mais tu as finalement réussi à me rejoindre. Oui, c'était moi dans mon rôle de vicaire… Je ne me souviens pas de ce que j'ai dit, et quand j'essaie de l'écouter sur mon portable, ça ne m'aide pas beaucoup. C'est probablement quelque chose dans le genre de mon introduction occasionnelle pour Speed King… Mesdames et Messieurs… nous sommes réunis ce soir pour faire du ROCK AND ROLL!!!

J'ai été défroqué depuis, mais je vous bénis tous quand même.

Cordialement, ig


John Dam

Bonjour,

Quand est-ce qu'Ian Gillan va revenir aux îles Féroé? :-)

Au plaisir,

John

 

Cher John,

Merci de l'invitation; je me souviens des îles Féroé avec beaucoup d'affection depuis mon voyage de juin 1992. L'approche de l'aéroport était assez spéciale. Nous volions sous les falaises vers ce qui ressemblait assez étrangement à Gibraltar, je regardais alors dans les yeux un des oiseaux bigarrés qui étaient perchés à quelques mètres de notre aile gauche. «Ne t'inquière pas», semblait-il me dire, même si son bec bougeait dans une espèce de patois moderne de macareux qui était difficile à comprendre, pendant que nous volions en hurlant avec le train d'atterrissage baissé. «La piste n'est pas loin, il y a un espace entre les falaises; l'avion va virer brutalement à gauche à la dernière minute et s'écraser sur la piste, ne t'inquiète pas, ils font ça à tous les jours!»

La porte du poste de pilotage état ouverte alors je pouvais voir le rocher qui s'en venait et grossissait de plus en plus dans le pare-brise. Mais comme l'oiseau avait dit, nous avons contourné la chicane avec aplomb et avons atterri assez doucement, vu les circonstances.

Il pleuvait et il y avait une grève générale. Le traversier qui allait de l'île de l'aéroport à l'île du spectacle ne fonctionnait pas alors nous avons affrété un bateau de pêche et avons installé notre équipment sur le pont à ciel ouvert. Le capitaine a mis le bateau en marche dans la tempête et a gentiment permis à une vieille dame de s'installer dans la passerelle pour s'abriter des éléments déchaînés. Nous, les autres passagers, étions installés avec notre équipment dans la pluie battante. Ceci dura environ deux minutes jusqu'à ce qu'une échaffourée éclate à la porte de la petite passerelle.

Notre cher batteur, Lenny Haze, s'efforçait d'entrer dans la petite cabine en repoussant la vieille dame au-dehors dans la pluie. Il criait quelque chose, dans le genre que nous allions tous mourir s'il ne s'occupait pas de la barre, mais ses mots étaient emportés par le vent.

Nous sommes finalement arrivés sur l'île principale et nous nous sommes rendus à notre hôtel, qui était incrusté dans une colline. En route, nous avons remarqué qu'il y avait quelques Féroïens étendus dans la rue. Ils étaient «fatigués» par l'alcool, un résultat de lois abrogées vingt ans auparavant, c'est ce qu'un habitant m'a expliqué en ajoutant que si les lois sont ignorées, ça ne vaut pas la peine de les garder. Je me demande si vous les avez reinstaurées, en les renforçant comme en Australie où on ne peux pas boire un digestif non dilué après le dîner… Ouf!

De toutes façons, le spectacle - et la visite en général - a été un fou manque de retenue partagé et une joyeuse célébration. Je me suis réveillé une nuit dans ma chambre face à face avec une brebis (la fenêtre donnait sur le flanc de la colline au niveau du rez-de-chaussée.) Je me souviens qu'elle avait de belles lèvres et des yeux superbes et qu'elle s'appelait Margaret ou Barbara ou quelque chose comme ça.

Pour le moment je ne crois pas qu'il n'y ait des plans pour retourner dans vos belles et lointaines îles, mais on ne sait jamais. J'ai quand même des souvenirs qui resteront à jamais avec moi de ma visite de 1992.

Salutations, ig

Retourner à :
 l'index des questions et réponses